Aller au contenu principal
RH PUBLIQUE

Quid de la transformation numérique du secteur public ?


Partager

Où en sont les organisations publiques dans leur transformation numérique ? La transformation vise-t-elle l’administration ou/et les services publics dont elle est responsable ? EFE vous propose de revenir sur les sujets d’actualité en matière d’innovation numérique publique.

La modernisation de l’action publique est-elle lancée ?

Selon l’étude 2018 du Baromètre de la transformation numérique des territoires, plus de 57% des entités interrogées déclarent avoir légalement la compétence sur les sujets de la transformation numérique, 36% affirment disposer en partie de cette compétence et 7% considèrent qu’elles en sont exclues.

Quels sont les principaux obstacles à la transformation numérique ?

Nombre d’acteurs publics n’ont pas encore pris le train de la transformation numérique pour des raisons multiples, telles que l’absence de qualification des agents et des administrés, une couverture numérique du territoire incomplète, le manque de financement ou d’ambition politique.

Les collectivités disposent en moyenne de 2,3 agents dédiés au numérique et ces derniers sont à 65% rattachés aux DSI.

Les acteurs publics ont lancé leur processus de transformation mais les ressources dédiées sont insuffisantes et la modernisation de l’action publique balbutiante.

Quels sont les leviers à actionner ?Quel est l’intérêt de mettre un système de e-administration en place, à la fois pour les élus, les agents et les usagers ?

La première phase du changement passe par une acculturation de la sphère politique et des citoyens aux usages numériques (1).

Le gain économique de l’abandon d’une administration papier au profit d’une administration numérique est considérable, quand l’accessibilité des usagers à l’administration se verrait par ailleurs nettement facilitée.

Le budget IT représente moins de 4% des dépenses globales des collectivités. Sans moyens financiers, la transformation numérique n’aura pas lieu. Il est indispensable d’augmenter les budgets et de diversifier les financements afin qu’ils ne reposent pas uniquement sur les fonds propres des collectivités (2).

Si les budgets consacrés à l’IT manquent d’ambition, la volonté de l’exécutif ou du DGS sera porteuse.

Une fois le manque de volonté politique, la réticence citoyenne et l’absence de budget consacré dépassés, il convient d’actionner le levier de l’accompagnement (3).

La formation des agents aux outils numériques est essentielle à ce stade pour les familiariser à la complexité des sujets innovants. Les organisations publiques sont 23% à prévoir un plan de formation à destination des usagers, 48% à déployer une formation des agents territoriaux et 45% à consacrer un plan de formation dédié aux élus.

Les partenaires économiques du secteur public sont nombreux à tendre la main pour accompagner les administrations dans leur transformation.

Quels sont les objectifs de la transformation numérique ?

Pour 68 % des organisations interrogées, la mise en œuvre d’un projet de ville intelligente visait à renforcer le lien citoyen, lorsque 67% des acteurs publics souhaitaient renforcer l’attractivité de leur territoire et créer de nouveaux services. L’objectif de réduction des coûts de structure arrive en troisième position pour cette année 2018.

Quels services publics sont concernés ?

La mise en place d’initiatives de ville numérique concerne majoritairement le secteur de l’éducation (82%), suivi par la sécurité (60%), puis la citoyenneté (55%), l’éclairage (37%)…

Partager

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.