Aller au contenu principal
TENDANCE RH

Chatbots, RH augmentées, recrutement prédictif, chief happiness officer… Quel sera le DRH de demain ?


Partager

Compétences digitales, développement de nouvelles expériences apprenantes, accompagnement des talents dans leur carrière, création de nouvelles méthodes de recrutement… Les qualités des responsables des ressources humaines sont en constante évolution depuis ces cinq dernières années. Et ce changement ne va pas s’arrêter là ! Tour d’horizon des tendances RH qui débarquent en France, présentées lors de la conférence d’actualité organisée par EFE le 27 avril 2017. Aucune entreprise n’échappe à la transformation digitale aujourd’hui. Cette véritable révolution, loin d’inquiéter le monde du travail, impulse bien au contraire une nouvelle dynamique : apparition de nouveaux métiers, apprentissage de nouvelles compétences pour les collaborateurs, émergence de relations collaboratives, adaptation des espaces de travail, création d’outils innovants… Des grands groupes aux PME en passant par les TPE, toutes les entreprises sont concernées par ces mutations qui impliquent chaque service, à commencer par les Ressources Humaines.
 

Les 6 tendances RH de demain

Tous sont unanimes : la fonction RH est en pleine mutation. Désormais associée au business d’une entreprise, elle est devenue un élément clé dans les décisions stratégiques. Responsable de la qualité du recrutement et de l’épanouissement des collaborateurs, le service RH est capital dans le développement économique de l’entreprise. Afin de s’adapter aux exigences des nouvelles générations d’employés, de répondre à l’appétence des collaborateurs en termes de leviers de communication et d’interactivité, de gagner en efficience pour répondre aux attentes des salariés sans augmenter le coût, la fonction RH doit, plus que jamais, se réinventer. On distingue aujourd’hui six tendances fortes :

  • La transformation des organisations vers un modèle plus agile. Le digital révolutionne les modes de fonctionnement et d’interaction entre les individus et vis-à-vis de l’information. Les entreprises s’orientent vers un travail plus collaboratif, en mode réseau.
  • L’hyperconnectivité des collaborateurs transforme profondément les modalités de travail. Les individus des générations Y et Z se retrouvent sous la terminologie de la “génération C” pour génération Connectée : elle ne se caractérise plus par une tranche d’âge mais par une extrême dépendance aux technologies avec une exigence d’accès en tout lieu, à tout moment et sur tous les terminaux, résumée par l’acronyme ATAWAD (Any Time Any Where Any Device). Le RH doit désormais développer des compétences digitales pour s’adresser à ses collaborateurs.
  • Le développement du marketing dans la fonction RH et l’individualisation de la relation collaborateur. Les entreprises transposent de plus en plus les nouvelles approches digitales du marketing client dans le champ des ressources humaines afin de répondre aux enjeux de l’attractivité, du développement et de la fidélisation des collaborateurs. Un collaborateur heureux est un collaborateur engagé, qui produit, qui innove et qui reste !
  • L’engagement des collaborateurs. Les nouvelles générations “digitale natives” recherchent un mode d’organisation qui génère plus de libre expression des informations et des échanges, plus de reconnaissance et de développement en tant qu’individu, et plus de qualité de vie et de sens au travail. Les RH deviennent un support du management pour favoriser l’épanouissement des collaborateurs et développer des communautés.
  • Le développement de la main-d’œuvre élargie (freelance, travailleurs indépendants…). Dans ce contexte, la fonction RH doit s’adapter aux caractéristiques de ces nouveaux types de collaborateurs non salariés amenant à revoir l’ensemble de la politique RH actuelle pour prendre en compte cette “main-d’œuvre élargie”.
  • L’utilisation du Big Data et de l’analytique RH pour recruter, mieux connaître les collaborateurs, anticiper des actions personnalisées auprès de salariés à risque… afin de passer du prédictif au préventif.
     

Le DRH d’aujourd’hui va-t-il disparaître ?

Les tâches routinières réalisées par les services RH aujourd’hui seront de plus en plus facilement automatisées dans les années à venir. Pour les entreprises, un nouvel enjeu est sur le point d’être au cœur du recrutement : celui de savoir dans quel cas on décide de recruter un humain ou dans quel cas on le remplace par une machine. On parle désormais de Ressources Humaines augmentées qui s’articulent autour de deux axes :

  • La dématérialisation des tâches administratives (paie, gestion des congés…) permettant d’accélérer les procédures, de réduire le volume de papier utilisé et donc de gagner en coût, de simplifier les relations entre collaborateurs et service RH à travers l’utilisation de chatbots pour répondre à des questions courantes, aider les managers…
  • Le développement des services proposés par les RH aux collaborateurs pour les accompagner dans leur carrière. La fonction RH se repositionne ainsi su la gestion et le développement du capital humain, des missions complexes à plus forte valeur ajoutée que les machines ne peuvent pas effectuer. Ce “retour aux sources” du DRH, qui devient possible grâce à la digitalisation, fait naître de nouveaux profils et nouveaux métiers RH : chief happiness officer, talent acquisition manager, responsable RSE, data scientist, community manager, HR data analyst…

© Communiqué de presse de l’agence Carré final

Partager

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.